fr en

La Maison

La Maison

Une histoire de famille

Découvrir
1890

Felice Scorcione, le fondateur

Les origines de la famille Vitale nous amène à la somptueuse Maison Royale du Palais Bourbon de Naples entre 1600-1860 ou les Vitale y tenaient une place permanente à la cours. Mais l’histoire de la Maison VITALE, Joaillier Diamantaire remonte quant à elle à quatre générations.

Tout a débuté lors du mariage d’Elisa et du jeune artiste peintre Felice Scorcione (Valenza 1882-1962) à la fin du 19ème siècle. Ce dernier travaille alors pour l’entreprise Fiat à Turin en tant que peintre de transport mais son fort désir de grandir en tant qu’artiste peintre l’emmène à Monte-Carlo autour des années 1890. Il devient alors l’un des artistes peintres de Calèche prisés de Monaco et va régulièrement travailler pour la famille souveraine de la Principauté. Encore à ce jour, quelques unes de ses réalisations peuvent êtres admirées lors d’Expositions de voitures historiques organisées sur le Rocher.

1913

Le commencement

En 1913, le jeune Felice, décide de quitter le Rocher et de vivre de son autre passion, la fabrication Joaillière.
Il installe alors son atelier au cœur de Valenza, autrefois capitale mondiale de la fabrication Joaillière, afin d’exercer sa passion et mettre en pratique son savoir faire exceptionnel dans la confection d’objets précieux.

La seule descendance de Felice et Elise Scorcione est leur fille, Bice (Valenza 1913-1980) qui va épouser en 1937 Alberto Vitale (Napoli 1895 - Valence 1979). La société poursuit alors ses activités sous le nom de « Scorcione Felice di Alberto Vitale ».

Avec Alberto à la tête de la Société familial, l’entreprise va connaître une fulgurante ascension en travaillant pour les plus grands noms de la Joaillerie française et italienne, se forgeant ainsi une solide réputation.

1970

Diamants d'Exceptions

Amoureux inconditionnel des gemmes depuis toujours, Alberto et Licio, le fils d’Alberto qui a rejoint l’activité familiale décident dans les années 70 de se lancer en parallèle dans le commerce international des pierres précieuses, et notamment du Diamant d’Exception.


Ainsi, les VITALE vont beaucoup voyager à partir des années 70, dans la quête ultime de trouver pour leurs clients fortunés les gemmes et Diamants les plus rares et précieux au monde.

1981

Le retour en Principauté

En 1981, Licio VITALE alors à la tête de l’entreprise familiale, retombe sous le charme de la belle et glamour French Riviera. Grand amateur de voile, il installe son voilier au Port de Fontvieille de Monaco ou il va se rendre de manière régulière jusqu’à la fin de ses jours en 2008. 
Suite au décès de son père, c’est au tour d’Alberto de reprendre le flambeau.

Trader depuis quelques années à Monaco, il décide alors de revenir dans le métier en y appliquant ses compétences en matière de finance, se focalisant dans les Diamants importants à valeur d’investissement.

2013

La Renaissance

La Renaissance de la Maison de Joaillerie VITALE après 100 ans d’histoire...

Rencontrant un grand succès auprès des investisseurs et désireux valoriser pleinement son héritage familial, Alberto se prend à rêver à la renaissance de la Maison de Joaillerie VITALE. C’est alors qu’il fait la connaissance d’un jeune designer au talent prometteur, Martin Leyrit.


Ils décident de partager leur savoir-faire et leur amour pour les pierres d’exceptions et la Haute Joaillerie. Cette rencontre marque ainsi la renaissance de la Maison VITALE.